LOUIS ARMSTRONG

R.I.P.  4 août 1901 / 6 juillet 1971

Louis Armstrong - english version



the Funky Soul story - Louis Armstrong 01

 

Louis Armstrong, surnommé "Satchmo" ou encore "Pops" est né à la New Orleans (Lousiane - USA) le 4 août 1901, et non le 4 août 1900 comme on l'a cru pendant longtemps. C'est d'ailleurs la découverte de son certificat de baptême qui a permis cette précision, délivré par une église d'un quartier blanc, alors qu'il avait vu le jour dans Perdido Street, en plein Storyville dont la population était exclusivement afro-américaine.

 

Son père, William Armstrong, quitte le foyer familial peu de temps après sa naissance. Élevé par sa grand-mère, sa mère étant peu présente au quotidien, Louis grandit dans la pauvreté et la misère.

 

Quittant l'école en cinquième année, Louis fait des petits boulots à droite, à gauche. Mais son destin bascule le soir de la Saint-Sylvestre en 1912, lorsque dans l'allégresse générale, il s'amuse à tirer quelques coups de feu en l'air et se fait arrêter par la police, l'emmenant dans une maison de redressement pour garçon de couleur, The Waif's Home.

 

the Funky Soul story - The Waif's Home


C'est à ce moment là que s'affirment ses dons pour la musique. Il apprend le cornet, un peu de solfège, intègre l'orchestre et devient le chef de la fanfare.


A sa sortie, le 16 juin 1914, Louis continue sa vie entre les petits boulots afin d'aider sa famille et les groupes musicaux de la ville.


Joe "King" Oliver, l'un des trompettistes de la New Orléans, devient professeur et mentor de Louis. King Oliver déménage à Chicago et Louis prend sa place dans le groupe de Kid Ory, effectuant aussi quelques passages avec le Brass Band Tuxedo, dirigé par Oscar "Papa" Célestin.


the Funky Soul story - Louis and King Oliver


En 1918, Louis épouse Daisy Parker, une prostituée de Gretna. Une union orageuse ponctué d'actes de violences. Ils se séparent en 1922.

Cette même année, King Oliver l'invite à le rejoindre à Chicago, effectuant ses premiers enregistrements, le 5 avril 1923 au Gennett Studios à Richmond (Indiana - USA), en tant que membre du Creole Jazz Band de King Oliver.


Louis Armstrong épouse en 1924 Lil Hardin, la pianiste du groupe. Lors du déplacement de celui-ci à New York, Lil Hardin suggère à Louis de voler de ses propres ailes et en septembre Louis intègre l'Orchestre Fletcher Henderson pour quelques scènes au Roseland Ballroom. De là il enregistre avec Fletcher Henderson, Sidney Bechet, ainsi que plusieurs chanteurs de blues tel que Sippie Wallace, Clara Smith et Ma Rainey.


the Funky Soul story - Lil Hardin


En 1925, il enregistre ses premiers disques et accompagne de nombreuses chanteuses comme Bessie Smith. Louis quitte Fletcher Henderson et retourne à Chicago où le 12 novembre, Louis fait ses premiers enregistrements en tant que leader de son propre groupe, Louis Armstrong & This Hot Five.

A noter que Louis passe, en 1926, du cornet à la trompette.


the Funky Soul story - Louis Armstrong & This Hot Five (Lil Hardin, Johnny St. Cyr, Johnny Dodds, Kid Ory - 1925-1928)


En 1930 Louis Armstrong commence sa seconde vie d'artiste en tant qu'acteur en apparaissant dans le film Ex-Flame. L'année suivante, Louis et Lil se séparent.


En 1932, Louis entame la première de ses tournées hors de son pays et se rend en Angleterre, il reviendra en Europe l'année suivante pour y rester jusqu'en 1935, se produisant en Scandinavie, en Italie, en France.


En 1938, il divorce le 30 septembre de Lil Hardin après des nombreuses années de séparation pour se marier le 11 octobre avec Alpha Smith.


the Funky Soul story - Alpha and Louis


Billie Holiday est une autre grande artiste avec qui Louis réalise des enregistrements.


the Funky Soul story - Louis and Billie Holiday


A partir de 1947, il abandonne cette formule du soliste soutenu par un grand orchestre et constitue un petit groupe, son All Stars, avec lequel il donnera désormais ses concerts.


Depuis 1930, Hollywood a souvent fait appel à lui en le faisant tourner dans une quinzaine de films jusqu'en 1969 avec son dernier film Hello Dolly! (voir la filmographie à la fin de l'article)


C'est le 6 juillet 1971 à New York, que Louis Armstrong décèdera.


Louis Armstrong, "Satchmo" est, avec Charlie Parker, le plus grand improvisateur, le plus grand créateur du jazz. Dès ses premiers disques son rayonnement est aveuglant. Il possède toutes les qualités, sa sonorité est la plus chatoyante, son attaque la plus incisive, son vibrato le plus expressif, sa phrase la plus logique et en même temps la plus inventive. son influence s'est d'ailleurs exercée, pendant des années, sur tous les musiciens de jazz.


Ce qui est dit sur son instrumentalisation peut-être repris pour qualifier la chanteur. Son timbre de voix éraillé, la mise en place de son discours, le swing débordant qui s'en dégage, la pathétique de ses accents chargés d'émotions font de lui le chanteur le plus admiré de jazz.


the Funky Soul story - Louis Armstrong 02

 

sources :

* Les Triomphes du Jazz (par André Clergeat)

* Biographie du site officiel de Louis Armstrong

 

 

LOUIS ARMSTRONG <


Quelques titres de Louis entre 1926 et 1947


Louis Armstrong & His Hot Five

Cornet Shop Suey (26 février 1926)

Muskrat Ramble (26 février 1926)

 

Louis Armstrong & His Hot Seven

Willie The Weeper (7 mai 1927)

Wild Man Blues (7 mai 1927)

Potato Head Blues (10 mai 1927)

 

Louis Armstrong & His Hot Five

Hotter Than That (13 décembre 1927)

Savoy Blues (13 décembre 1927)

Skip The Gutter (27 juin 1928)

West End Blues (28 juin 1928)

 

Louis Armstrong & His Savoy Ballroom Five

Bassin street Blues (4 décembre 1928)

No One Else But You (5 décembre 1928)

 

Louis Armstrong (trompette) & Earl Hines (piano)

Weather Bird Rag (5 décembre 1928)

 

Louis Armstrong & His Savoy Ballroom Five

Thight Like This (12 décembre 1928)

 

Louis Armstrong & His Savoy Ballroom Five

I Can't Give You Anything But Love (5 mars 1929)

Mahogany Hall Stomp (5 mars 1929)

 

Louis Armstrong & His Orchestra

Saint Louis Blues (13 décembre 1929)

 

Louis Armstrong (trompette) & Buck Washington (piano)

Dear Old Southland (5 avril 1930)

 

Louis Armstrong & His Orchestra

Struttin' With Some Barbecue (12 janvier 1938)

 

Louis Armstrong (vocal) & The Lyn Murray Choirs

Nobody Knows The Trouble I've Seen (14 juin 1938)

 

Louis Armstrong & His Orchestra with Sidney Bechet

2:19 Blues (27 mai 1940)

 

Louis Armstrong & His Orchestra

When It's Sleepy Time Down South (16 novembre 1941)

 

Louis Armstrong & His Hot Seven

Sugar (6 septembre 1946)

Blues For Yesterday (6 septembre 1946)

 

Louis Armstrong & His Dixieland Seven

Do You Know What It Means To Miss New Orleans (17 octobre 1947)

 


Filmographie


1930 - Ex-Flame (de Victor Halperin)

           I'll Be Glad When You're Dead You Rascal You (de Dave Fleischer)

1932 - A Rhapsody in Black and Blue (de Aubrey Scotto)

1936 - Pennies from Heaven (de Norman Z. McLeod)

1937 - Artists & Models (de Raoul Walsh)

           Every Day's a Holiday (de A. Edward Sutherland)

1938 - Dr. Rhythm (de Frank Tuttle)

           Going Places (de Ray Enright)

1943 - Cabin In The Sky (de Vincente Minnelli & Busby Berkeley)

           Show Business at War (de Louis De Rochemont)

1944 - Jam Session (de Charles Barton)

           Atlantic City (de Ray McCarey)

1945 - Pillow to Post (de Vincent Sherman)

1947 - New Orleans (de Arthur Lubin)

1948 - A Song Is Born (de Howard Hawks)

1949 - Botta e risposta (de Mario Soldati)

1950 - Young Man with a Horn (de Michael Curtiz)

1951 - Here Comes the Groom (de Frank Capra)

           The Strip (de László Kardos)

1952 - Glory Alley (de Raoul Walsh)

1953 - The Glenn Miller Story (de Anthony Mann)

1956 - High Society (de Charles Walters)

1957 - Satchmo the Great

1959 - Die Nacht vor der Premiere (de Georg Jacoby)

           The Beat Generation (de Charles F. Haas)

           La Paloma (de Paul Martin)

           Kærlighedens melodi (de Bent Christensen)

           Jazz On A Summer's (de Day Bert Stern)

           The Five Pennies (de Melville Shavelson)

1961 - Paris Blues (de Martin Ritt)

           Auf Wiedersehen (de Harald Philipp)

1965 - When the Boys Meet the Girls (de Alvin Ganzer)

1966 - A Man Called Adam (de Leo Penn)

1969 - Hello, Dolly! (de Gene Kelly)

1974 - On the Road with Duke Ellington (de Robert Drew)