MAHALIA JACKSON

R.I.P.  26 octobre 1911 / 27 janvier 1972


the Funky Soul story - Mahalia Jackson 01

 

C'est le 26 octobre 1911, à la New-Orleans qu'est née celle qui fut sans conteste la plus grande chanteuse de gospel de tous les temps, Mahalia Jackson.

 

Son feeling plein de rythme et sa grosse voix puisante ont été comparés à ceux de Bessie Smith, qu'elle écoutait gamine en cachette afin que son père, prêcheur ne la dispute pas. Mahalia, qui avait émigré à Chicago avec sa famille alors qu'elle avait seize ans, avant de devenir célèbre, a été tour à tour bonne, nurse, blanchisseuse, fleuriste. Elle a tenu un institut de beauté et a même voulu se lancer ; par la suite, dans l'immobilier.

 

Mahalia réalise son premier enregistrement le 21 mai 1937 et tourne avec Thomas A. Dorsey ; mais elle doit attendre 1946 et ses disques pour la marque Apollo avant de connaître la célébrité. L'année suivante, son enregistrement de "Move On Up A Little Higher" se vend à deux millions d'exemplaires ; puis elle récidive avec sa version de "Silent Night".

 

Move On Up A Little Higher

 

Silent Night

 

the Funky Soul story - Mahalia Jackson 02

 

En 1954, Mahalia Jackson signe chez CBS et obtient son propre show gospel sur la chaîne du même nom.

 

En 1958, elle classe "He's Got The whole World In His Hands" au Hot 100 au Bilboard et enregistre sa mémorable prestation au festival de Newport. Elle est alors l'égal, au niveau de la popularité, des grandes stars 'profanes', que ce soit celles du jazz, du blues, de la variété et du rock.

 

He's Got The Whole World In His Hands (live)

 

Dans les années 60, elle chante principalement pour le public blanc et possède sa propre chaîne de restaurants, ce qui ne l'empêche pas de militer pour ses frères et sœurs et d'être très liée à Martin Luther King dans la lutte des Droits Civiques.

Chanteuse à la voix vibrante, chaleureuse au timbre riche, Mahalia est décédée le 27 janvier 1972 à la suite d'une crise cardiaque. Ses interprétations de "Didn't It Rain" et "In The Upper Room" sont des must du gospel. 

 

Didn't It Rain

 

In The Upper Room

 

the Funky Soul story - Mahalia Jackson 03


Pour la petite histoire, elle n'avait jamais voulu chanter le blues, refusant même toute jeune de le faire lorsque le jazzman Earl Hines le lui avait proposé. Pourtant, quelque part, c'est ce qu'elle avait fait toute sa vie avec des des paroles chrétiennes. Un jour, Mahalia avait déclaré : "Il y a du désespoir dans le blues : alors que la musique de Dieu donne l'espoir."

 

 

source : Encyclopédie de la Black Music (éditions Michel Lafon, 1994)